Système ( 29/11/13)

D’où que l’on regarde, force est de constater la prédominance, pour ne pas dire l’invasion d’un certain esprit de système.

On me rétorquera, (à moins que je ne parle seul, dans le vide sidéral de la mise en réseau du Net), que cette notion de système est inhérente à l’humain et que notre histoire n’est rien moins faite que de la transition d’un système à un autre.

Il me semble cependant que le système actuel procède de la manière la plus invasive qui soit.

 

Tout système a pour principe de référencer à l’excès toute tentative de s’en extraire : l’idée même de sortir du système se nourrit des éléments même du système, et s’y réfère au point de se focaliser sur leur expression, leur structure, comme seule modalité de réponse possible.

Somme toute, le système fournit par conditionnement à celui qui veut s’en émanciper, tous les éléments pour mieux s’y enfermer.

 

Le paradoxe contemporain fait que le système est centré sur et en l’individu (alors que les précédents systèmes le formataient), il est exogène et endogène.

La multiplicité factice que produit la fragmentation en est une des modalités. Et cette même fragmentation, érigée en paradigme, brouille toutes les pistes : là où le sujet se fragmente face à la pression du système, ce dernier se fragmente à son tour, multipliant les référenciations incontournables.

Le paradoxe de ce système tient en cela qu’il propose en « préambule » la négation de son existence. C’est un antisystème systémique qui fonctionne sur le principe de la fragmentation et qui pose l’idée de la fragmentation comme expression d’une résistance possible du sujet. Elle semble être ainsi une sorte de formatage généralisé de la réaction.

Il semble bien que le serpent se morde la queue et qu’au bout du compte, ce soit l’homme lui-même qui se soit mué en système fatal et fractal.

Il y a là quelque chose d’un peu suicidaire, comme l’idée d’une fin annoncée.

Tout système est en mesure de connaître son entropie, la fragmentation ne risque-t-elle pas de l’y conduire comme d’en annoncer le renforcement ? Les deux effets s’annulant, qu’en restera-t-il donc ?

 

Marc Bozec.



30/11/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres