Maman Marine le Pen ( 29/05/14)

Marine le Pen se démarque singulièrement de son géniteur : elle n’incarne pas, elle enveloppe, à la manière d’un prestidigitateur. S’il se démasquait (abandonnant entre autre son bandeau de baroudeur), elle s’extrapole, c'est-à-dire qu’elle intervient en dehors de l’intervalle dans lequel les valeurs sont connues.

Et son extrapolation fonctionne, s’applique, parce que justement la notion même de valeur relève plus aujourd’hui du marchandage, du mercantilisme que de celle octroyée pour la qualité ou la rareté d’un homme ou d’un objet.

La valeur symbolique a été extraite au profit d’une autre purement mercantile, pragmatique et jouissive, et qui a prétention à faire sens, à donner du sens à nos existences.

Le fait qu’elle soit femme n’est sans doute pas sans permettre une compréhension de son nouvel aura…

La valeur du père, du nom du père, en tant que fonction symbolique est récusée au profit d’une société « incestuelle » composée de citoyens néolibéraux.

Pour mémoire, le terme incestuel désigne « ce qui dans la vie psychique individuelle et familiale, porte l’empreinte de l’inceste non fantasmé, sans qu’en soient nécessairement accomplies les formes génitales » (P. Récamier cité par J. P. Lebrun dans « les couleurs de l’inceste »).

Pour faire court, sans doute pourrait-on dire que l’objet »a » désigné par Lacan est en voie de disparition au profit de l’immédiateté d’un désir sans objet et d’une quête effrénée de la jouissance.

 B. Stiegler parle lui de « l’inflation de la jouissance pulsionnelle qui aboutit à un capitalisme pulsionnel ou encore à un populisme industriel, qui à son tour organise la régression instinctuelle de masse » et qui « conduit inévitablement à la politique pulsionnelle, c'est-à-dire à la misère politique ».

Marine Le Pen incarne cette misère politique, la misère, l’indigence de cette politique du recyclage et de l’immédiateté que nous évoquions dans un précédent article.

Elle recueille les suffrages de ceux qui infantilisés, pensent avoir « le pouvoir adulte de consommer », de consommer des objets, des idées, mais aussi de consommer de l’autre.

Elle incarne une politique matricielle au sein de laquelle la colère, la soif d’assouvissement de la pulsion ont libre court, une politique qui fait fi de la parole pour ne laisser vibrer que le langage extrait de sa fonction première.

C’est même plus que cela dont il s’agit : c’est un détournement, un renversement, une usurpation dont le principe s’inspire de Narcisse.

Or, comme le dit Luc Vidal, « ce que veut Narcisse aujourd’hui, c’est la  mort de l’autre ».

 

Somme toute, Marine le Pen permet  la récusation de « ce qu’exige l’humanisation, c'est-à-dire l’accès au registre symbolique de l’absence, de la castration » ; elle incarne la récusation de l’autorité, elle est la mère permissive qui légitime le tout à jouir et la confusion.

A travers la dédiabolisation du FN, son accréditation par le néolibéralisme ambiant, semble poindre un désir mortifère : celui de liquider l’humain en nous, celui de faire de la régression et de la violence  inhérente le nouveau crédo (ou crédit ?) d’un sujet sadico-pervers…

 

Marc  Bozec.



29/05/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres