Sans titre, une fois n'est pas coutume...( 28/09/10)

Un court texte d’Antonio Tabbuchi qui n’est pas sans rappeler les toiles de Reve Cordel…

 

« Son oncle regardait la lumière comme s’il la palpait, sondait les couleurs de la nature pour choisir ce qu’il allait peindre ce jour-là. Les jours immobiles de brume orageuse, quand la canicule figeait la plage sous une gélatine tremblante, la côte palissait en un jaune diffus mêlé de gris, comme derrière une vitre opaque : et la mer, ayant perdu sa teinte cobalt, s’éteignait en un bleu ciel très pâle et très doux. Par de telles journées, oncle Jacopo  dédaignait la côte et fixait sur ses feuilles l’horizon marin, avec des éclaboussures délicates, d’un gris perlé imperceptible, trempé d’eau plus que de couleur, à peine teinté de bleu ciel. »

(in L’ange noir)

 

On y disparaîtrait…

 

Marc Bozec.



28/09/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres