recette pédagogique (30/11/14)

Pour réussir votre pédagogie : recette de l’enfant surprise.

 

Placer l’enfant roi au centre du système, in utero en quelque sorte.

Partez du sacro saint principe qu’il est l’expression de la raison et du droit.

Prenez un adulte serviable auquel vous injecterez au préalable une bonne dose du cocktail suivant : patience, abnégation, sens aigu de la culpabilité, du doute, du dévouement, déférence absolue à la doxa, et discours, voire logorrhée ad hoc.

 Evitez à tout prix que ce dernier ne soit par trop influent, veillez même à le décrédibiliser un tant soit peu (ou soi peu), à le destituer en douceur de sa fonction symbolique.

Confrontez-les dans votre marmite pédagogique et laissez agir patiemment à feu doux.

Evaluez la cuisson de temps à autre, sans en avoir l’air, mais avec conviction tout en berçant l’enfant des plus nobles illusions à son sujet pour mieux le raffermir.

Et si, à terme, l’enfant, l’adolescent, parvient à récuser l’adulte, continuez la cuisson jusqu’à autoréférenciation complète. (Mais surtout ne prononcez pas le mot élève, fuyez ce mot par crainte de la disgrâce et de l’échec culinaire patent : il introduirait le sens de l’effort, ingrédient à proscrire résolument de cette recette contemporaine).

N’ayez crainte des débordements pulsionnels, des velléités, des refus, des exigences exorbitantes et  injustifiées : ce ne sont que les inévitables scories sans gravité liées à ce mode de cuisson.

 

 

Marc Bozec.



30/11/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres