Mélanchon et Mélanchon....

Jean-Luc Mélanchon and co….

Voici la notion de double introduite en politique : J .  L. Mélanchon va se produire en direct sur scène et au même moment, son hologramme portera la  bonne parole sur une autre scène politique, à des centaines de kilomètres de distance. Le réel et son double donc.

 

Avant-gardiste, pas tant que cela, mais révélateur certes. Quoi de mieux, en effet dans son rapport à l’autre que la suprême autoréférenciation incontestable, que l’intouchable projection de soi que constitue l’hologramme ?

 

Suprématie et autorité de l’image de soi comme aboutissement d’un processus de « désengagement » constant de l’individu, voilà une possible apothéose de la fragmentation : somme toute, être où ne pas être avec la garantie, quoi qu’il en soit, de n’y être pour personne et surtout pas pour soi, mais pour cet autre soi que constitue le double insaisissable et inlocalisable…

 

Voilà peut être aussi l’annonce assumée de la déréalisation du politique…



Mais, trêve de propos, il me semble bien que quelqu’un me double….                            

 

Marc  Bozec.         



15/01/2017
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres