Désir ( 07/07/15)

 

Le désir, ou l’enfer de l’identique.

 

J’emprunte ce titre au livre de Byung-Chul Han que Pierrick Hamelin m’a fait découvrir.

C’est un livre à lire quand on s’intéresse au « nouveau sujet », à son rapport à l’autre comme à soi-même et à notre société performative. Il y pose clairement la perte de l’atopie, à savoir « l’asymétrie et l’extériorité de l’autre » comme celle du désir au profit de l’accomplissement immédiat, de l’instrumentalisation de l’autre.  Il repose par ailleurs la négativité comme faisant partie intégrante de notre rapport au monde, laquelle s’estompe au profit d’une positivité généralisée, paradigme de nos sociétés occidentales.

On y sent une influence Baudrillardienne dans le regard posé sur l’excès, sur la virtualité triomphante et sur le simulacre, ce, particulièrement dans le chapitre consacré au shanzai, forme d’avènement de l’identique paradoxal et dans celui dans lequel il évoque la transparence et le « porno ».

Il parle du sujet «  En tant qu’entrepreneur de soi-même, le sujet de la performance est libre dans la mesure où il n’est pas soumis à un autre qui le commande. Mais il n’est pas vraiment libre, car il ne fait que s’exploiter lui-même. »

Piste intéressante : la proposition de l’avènement d’une « politique d’Eros », d’un Eros fécond car catalyseur de toute création…

Marc Bozec



07/06/2015
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres